À la une

Palmer & vous

Rencontres

Paul Cupido

Photographe
Pays-Bas
Il n’y a plus grand défi pour un photographe que d’archiver l’invisible.
Découvrir
Paul Cupido artwork
À la une

PASSAGE DE RELAIS - PARTIE 2

Depuis quatre ans, le domaine est découpé en cinq îlots, des parcelles que les équipes retrouvent d’une saison à l’autre...

Depuis quatre ans, le domaine est découpé en cinq îlots, des parcelles que les équipes retrouvent d’une saison à l’autre, apprivoisent avec le temps, l’expérience et l’enracinement.

 

Le Cassena

C’est un îlot singulier, à trois kilomètres du château, bordé par la forêt et parsemé d’arbres fruitiers. L’ensemble « le plus varié » du domaine, puisqu’il compte, en plus des rouges, quatre cépages de blanc. Des vignes vigoureuses, qui requièrent chacune des tailles ou des soins différents. Étape particulièrement délicate, l’épamprage consiste à couper les rameaux en surnombre, parfois « épais comme des sapins de Noël », s’amuse Franck pour évoquer l’ampleur de la tâche. À ses côtés, le vaillant Médocain peut compter sur Isabelle, ex-assistante en classe maternelle, aussi habile à élever la vigne que les enfants. Et sur Christine, qui a reçu en février vingt roses des mains du directeur pour célébrer ses vingt ans de maison. Tous les trois témoignent d’une fidélité à la terre et d’une force de travail hors-du-commun.

 

Le Plateau

Ce sont les plus vieilles vignes, les plus proches de l’estuaire. Celles qui donnent les vins les plus fins. Le plateau des Brauzes est aussi l’îlot le « plus propre », disent souvent les vigneronnes, c’est-à-dire un terroir connu, apprivoisé. Il est la mémoire du domaine, situé juste derrière le château, là où le soleil se lève et les merlots rayonnent. Ex-menuisière, fière d’œuvrer désormais à la racine du bois, Aurélie mène une équipe motivée, à la fois satisfaite de « retrouver chaque année les mêmes parcelles » et curieuse d’expérimenter des techniques. Sur la parcelle 46, par exemple, le nombre de ceps a doublé pour atteindre 20.000 pieds par hectare. Sur la parcelle 16, on taille plus haut depuis cette année, avec un palissage à 1m80. Objectif : mieux comprendre l’écosystème, travailler sans relâche la robustesse et la résilience des vignes. À la fois un sacerdoce et une jubilation.

 

Domec

Driss est l’un des gardiens du domaine. Quand il a fini de travailler le merlot ou le cabernet de l’îlot Domec — un ensemble de treize hectares entre le chai et la route des vins — il dort dans le village, veille sur le château, nourrit les bêtes, assiste parfois à une naissance de veau ou de brebis, entouré de sa femme et de ses trois enfants. Sa philosophie : le « perfectionnisme », parce que « ça porte ses fruits ». « La connaissance intime des vignes nous facilite la tâche, confirme Émilie, on voit le résultat de notre travail d’une année sur l’autre ». La vigneronne a choisi Château Palmer pour « l’esprit pionnier », « l’absence de pesticide », la biodynamie. Millésime après millésime, les cinq membres de l’équipe constatent avec satisfaction que « la plante apprend à se défendre par elle-même ». Le vigneron donne l’impulsion et la nature suit.

 
Découvrir
Winegrowers working in the vineyard with Château Palmer in the background
À la une

2021, Le temps et la mesure

2021 est un millésime où le talent d’une équipe riche et déterminée a su faire la différence.

Si janvier laisse d’abord augurer d’un hiver froid, février se place sous des auspices doux et des pluies nourries. Le retour à un temps sec favorise un débourrement homogène de la vigne. Bien contenues par les équipes, les gelées printanières – noires du 6 au 8 avril, blanches mi-avril et début mai – freinent la vigne dans sa croissance. La floraison démarre finalement le 28 mai, avec deux semaines de retard sur 2020, dans un climat chaud et sec. La nouaison s’accélère. Quelques cas de coulure sont à déplorer sur nos merlots les plus précoces.

Marqué par la pluie et une hausse brusque des températures, juin déclenche une véritable explosion végétative. Dans la foulée d’un orage diluvien le 19 juin, la pression mildiou impose une grande vigilance jusqu’à la fin de la véraison. Un été en demi-teinte jusqu’au 15 août exacerbe la croissance du végétal, faisant craindre un manque de concentration des baies. Fin août, début septembre, quatre semaines d’un temps sec installent une tension hydrique salvatrice. Le processus de maturation reprend son cours normal, à temps pour les vendanges.

Sous la menace du botrytis, la récolte des merlots démarre le 24 septembre, celle des cabernets s’achève le 15 octobre. En dépit de rendements plus modestes qu’attendus, la vendange se montre saine, les raisins mûrs, la dégustation révèle un grain de tanin d’une belle finesse. Finalisés début décembre, les assemblages traduisent une lecture toujours plus limpide du parcellaire de Château Palmer. Ce millésime 2021 livre des vins d’une belle plénitude, tout en mesure et en équilibre, qui nous rappellent les millésimes du siècle dernier.

Découvrir
Château Palmer 2021 En Primeur
À la une

La nature à l'œuvre

Le printemps n’en finit jamais d’être une surprise. Un surgissement.

Le printemps n’en finit jamais d’être une surprise. Un surgissement. Alors que les derniers travaux s’achèvent (acanage, pliage), la sève se réveille et la vigne se métamorphose : voilà les « rêves de l’hiver invités à la table des anges », pour reprendre la formule du poète Khalil Gibran. Les premiers bourgeons saillent sous leur fin duvet de coton, période de « débourrement » aussi miraculeuse que sensible aux soubresauts climatiques.

 

Ce sont « des semaines qui comptent double », explique Sabrina Pernet, directrice technique de Château Palmer. Le gel précoce de début avril a suscité une vigilance sans trêve, le renfort nocturne de bougies et d’éoliennes au chevet des Merlots. Depuis, les vignerons couvent les bourgeons, pulvérisent valériane et huile essentielle d'Hélichryse pour fortifier les rameaux jusqu’à la floraison. Le génie de la terre reprend ses droits et le souffle vernal réchauffe les cœurs.

 

Dans les prochains jours affleurera la pointe verte des Cabernet Sauvignon et le nouveau millésime sera révélé aux primeurs, avec sa promesse de fraîcheur aromatique et de souplesse tannique. Éclosion, résurrection : l’impérieux bal des saisons, fidèle à lui-même et toujours inédit, qui clôt la longue nuit de l’hiver et augure de radieux horizons.

Découvrir
Château Palmer vines
L'œnothèque

Château Palmer & son Alter Ego

Les vins de Château Palmer. Ses mots. À partir d’une même philosophie, autant d’expressions de son terroir. Avec le temps, ces hommages à la nature environnante de l'appellation Margaux et à l’héritage de Château Palmer résonnent. Pas avec force ; mais tout en finesse, en élégance. Avec l’âge, les grands crus, les mots de Château Palmer, prennent plus de sens.

Découvrir
palmer_600x844

"No vintage resembles the one before. This forces us to constantly question our practices, and prevents us from developing any automatisms. Our only guide is our palate."

Pierre-Baptiste Cormery, Cellar Worker, Château Palmer