À la une

Palmer & vous

L'œnothèque

Palmer & son Alter Ego

Les vins de Château Palmer. Ses mots. À partir d’une même philosophie, autant d’expressions de son terroir. Avec le temps, ces hommages à la nature environnante et à l’héritage de Château Palmer résonnent. Pas avec force ; mais tout en finesse, en élégance. Avec l’âge, les grands crus, les mots de Château Palmer, prennent plus de sens.

Découvrir
palmer_600x844
Le Domaine

Philosophie

Le style de Château Palmer. Derrière le fil rouge que ses vins tracent, une toile de fond que des valeurs, un parti-pris, une communauté dessinent. Tout un monde, curieux, sensible, attentionné… Au-delà du vin.
Découvrir
philosophy_chateau_palmer_560x414
Exposition
LA TERRE DES PAYSANS
« Mes parents ont su avant moi que je ne reprendrais pas l’exploitation familiale, ils étaient dépassés par ma détermination et ma passion pour l’image » Raymond Depardon est né en France en 1942. Fils de parents agriculteurs, il grandit dans la ferme familiale du Garet,...
Découvrir
raymonddepardon
À la une

Les «Américains»

Alors que les vendanges approchent, les travaux en vert touchent à leur fin. Cette longue période de viticulture...

Septembre 2018 - Alors que les vendanges approchent, les travaux en vert touchent à leur fin. Cette longue période de viticulture regroupe trois tâches différentes : l’échardage, le levage et l’épamprage. L’épamprage est l’art de supprimer les rameaux non fructifères qui poussent directement sur le tronc de la vigne. Celle-ci concentre alors son énergie sur les rameaux fructifères, ceux qui donneront des raisins. L’épamprage est réalisé tout au long de la période de travaux en vert. Mais il existe une autre forme d’épamprage bien spécifique, réalisée à la fin de la période estivale.
« Nous terminons les américains ». C’est ainsi que les vignerons nomment cette dernière forme d’épamprage. Une drôle d’expression derrière laquelle se cache une histoire intéressante…

Vitis Vinifera. Il s’agit de la principale espèce de vigne historiquement cultivée en Europe et regroupant les cépages connus tels que le cabernet sauvignon ou le merlot. Jusqu’au XIXème siècle elle était « franche de pied », c’est à dire qu’elle possédait son propre système racinaire. Cette vigne résistait à tout. À tout… sauf au mal du siècle. On l’appelle phylloxéra. Ce petit puceron pique les racines, provoque des excroissances et bloque la circulation de la sève. La vigne finit alors par mourir. À partir des années 1860, ce ravageur a détruit de nombreux vignobles en France et en Europe.

Il existe plusieurs théories quant à l’origine de la propagation de ce puceron sur nos terroirs.
La plus courante évoque le Nouveau Monde. Alors qu’au XIXème siècle l’économie mondiale prenait son essor, la multiplication des échanges transatlantiques et la diminution des temps de traversée de l’océan sont à l’origine de l’arrivée en Europe du phylloxéra, puceron jusqu’alors inconnu.

Une autre théorie, plus répandue dans la sphère biodynamie, considère à l’inverse que ce puceron a toujours été présent mais que Vitis Vinifera a perdu sa faculté naturelle à lui résister. La rationalisation de la viticulture, l’appauvrissement de la diversité des cépages, la multiplication systématique par bouturage en seraient entre autres les raisons.

Pour renouveler le vignoble européen, les viticulteurs ont eu l’idée d’appliquer une pratique déjà courante en arboriculture : la greffe. Les cépages issus de l’espèce Vitis Vinifera sont ainsi greffés sur d’autres espèces de Vitis venues d’Amérique comme Vitis Rupestris ou Vitis Berlandieri qui ne sont pas sensibles aux piqures du puceron.

« Faire les américains » signifie couper les rameaux non fructifères qui poussent sur le porte-greffe, donc la partie « américaine » de la vigne, et éviter ainsi que le « greffon » soit rejeté.  Ce travail d’épamprage spécifique que l’on réalise sur l’ensemble du vignoble constitue une tâche longue et minutieuse. Il faut compter en moyenne 600 pieds de vignes par heure et par personne. De quoi s’occuper jusqu’aux vendanges…

Découvrir
Un américain sur le pied de vigne
Hors-Champ
Drôles de graves

Derrière leur dénuement, mille richesses… Sous les pieds des galets. Par milliers. Noires, brutes et cassantes ; blanches et rondes ; petites et marbrées… Honneur aux graves.

Derrière leur dénuement, mille richesses…
Sous les pieds des galets. Par milliers. Noires, brutes et cassantes ; blanches et rondes ; petites et marbrées… Honneur aux graves. De grandes dames. Leur âge force le respect. Entre 1,2 et 1,7 million d’années. À la faveur de deux périodes glaciaires, la Garonne les a déposées là, en terrasses, au sommet de la croupe de Margaux, sur le Plateau des Brauzes. Leurs actions fascinent depuis. Pauvres en matières organiques, elles n’autorisent pas la vigne à pousser fort, à multiplier rameaux et feuilles. En couches successives, elles assurent un parfait drainage des sols et restituent la chaleur emmagasinée. À la clef, la production d’un raisin de grande qualité. Des pierres précieuses, en somme.
 

Découvrir
Peculiar_Pebbles
LE DOMAINE

AU CHAI

Le cœur de Château Palmer. Dans le village, face à sa halle du marché, c’est là que ses Margaux naissent et grandissent. À l’ombre de cuves d’inox et de barriques de bois. À la lumière d’équipes techniques, aussi désireuses de magnifier le vignoble que soucieuses de le respecter. D’un côté l’innovation, de l’autre la tradition. À l’équilibre, les futurs vins de Château Palmer.
Découvrir
in_the_cellars_chateau_palmer_2420x1170
Rencontres

Tom Black

Entrepreneur - Collectionneur de vins
Los Angeles
Le « Rêve Américain ». Issu d’une famille modeste du Kansas, il devient un commercial de renom et chef d'entreprise. En fil rouge, l'amour des vins et l’une des collections privées les plus réputées des États-Unis.
Découvrir
Tom_Black_Palmer

“Palmer is a well-known Château
One of the greatest in Bordeaux
Once it touches your lips
Your lips will write quips
And you’ll want to go to Margaux!”

Tom Black, Entrepreneur - Collectionneur de vins, Los Angeles