À la une

Palmer & vous

À la une

2021, Forces Convergentes - partie 1

Les vendanges de Château Palmer donnent une impression de course calme, de frénésie sous contrôle.

      Les vendanges de Château Palmer donnent une impression de course calme, de frénésie sous contrôle. Chacun connaît suffisamment sa partition pour l’ajuster à temps, réagir sans heurt aux aléas météorologiques. Car les pluies attendues — ou plutôt redoutées — fin septembre n’ont jamais aussi bien porté leur nom de « précipitations » : ce sont elles qui ont d’abord imposé la cadence. La récolte du millésime 2021 a commencé avec trois jours d’avance, le vendredi 24 septembre, pour s’achever la deuxième semaine d’octobre au terme d’un marathon finalement plus serein qu’on ne l’imaginait, l’aboutissement solennel et convivial d’une année intense et d’un été maussade.

      « Pour nous, c’est un moment joyeux, reconnaît Driss, vigneron et gardien du domaine. Le reste de l’année, on travaille séparément, par équipes. Là, on se regroupe enfin pour assister au bouquet final. » Autour de lui œuvrent une quinzaine de vignerons : les « coupeurs », sécateur rouge à la main, délestent la vigne de ses belles grappes de merlot, relayés par les « porteurs » qui, le dos harnaché d’un porte-cagettes, vont et viennent entre les ceps et le camion. Les permanents de Château Palmer font connaissance avec les saisonniers de passage, comme Carmen, venue de Gradignan avec son fils, ou sympathisent avec les apprentis comme Isabella, escortée de ses chiens. Ici, on veille autant à distinguer les raisins issus de chaque parcelle qu’à rassembler celles et ceux qui les coupent. On compartimente le fruit ; on brasse les individus. 

      À quelques mètres de là, seize réfugiés participent au travail collectif, comme Abdil Basir, ex-chauffeur de taxi en Afghanistan, arrivé en France en 2019, ou Abdul, originaire du Soudan. « Certains d’entre eux sont volontaires pour continuer à travailler dans les vignes après les vendanges », constate avec enthousiasme Stéphanie, T-shirt bleu Palmer siglé « millésime 2021 ». Avec Émilie, elles encadrent en parallèle un groupe de la Mission locale de Floirac et Cenon, de jeunes adultes de 16 à 25 ans qui pour beaucoup vivent ici leur première expérience professionnelle. « Le premier jour, ils descendent du bus comme s’ils arrivaient en colonie de vacances, racontent les deux vigneronnes. Puis ils découvrent le contact avec la nature et la rigueur de la tâche. Cela nous demande beaucoup d’énergie, il faut donner de la voix mais c’est une expérience enrichissante : on est à la fois chef d’équipe, cantinière et assistante sociale ! »

      Plus loin, au milieu des vignes, trois autres silhouettes orchestrent le grand ballet automnal : Thomas Duroux, directeur de Château Palmer, Sabrina Pernet, directrice technique, et Oriane Heuillet, responsable « recherche et développement ». Chaque jour, ces piliers du domaine marchent, sentent, goûtent les baies, comparent, décident des parcelles à vendanger en priorité. La numéro 38, par exemple, pourra attendre samedi, à la différence de la numéro 70 dont les grappes de Petit Verdot doivent être cueillies au plus vite — et « avec délicatesse », précise Sabrina qui donne les instructions par téléphone.

      Après une année difficile, marquée par un manque d’ensoleillement, des gels printaniers et un mildiou tenace, le trio semble rassuré par la dégustation itinérante. « Dans cette parcelle, les tanins sont magnifiques », constate Thomas Duroux, qui prévoit « des vins qui pourraient nous surprendre ».

Découvrir
vendanges 2021
À LA UNE

Château Palmer 2011 - Sort de sa réserve

Ce jeudi 23 septembre, Château Palmer donne rendez-vous à tous les amoureux de grands vins pour la remise en marché du 2011.

Ce jeudi 23 septembre, Château Palmer donne rendez-vous à tous les amoureux de grands vins pour la remise en marché de son millésime 2011. Après dix années de cave et d’évolution silencieuse à la propriété, Château Palmer 2011 sort de sa réserve : un cru rare, singulier et puissant, que le temps magnifie sûrement.

 

Un millésime rare

 Un demi-siècle après le légendaire millésime 1961, Château Palmer 2011 se distingue à son tour par de très faibles rendements : vingt hectolitres par hectare, un bas historique en son temps. La faute à un mois de juin hostile qui inflige au vignoble, coup sur coup, la grêle et la canicule. Résultat ? Une concentration aussi belle qu’inattendue laissant augurer dès le départ une grande capacité d’évolution.

 

Un millésime singulier

Atypique à l’échelle de la rive gauche, Château Palmer 2011 s’affranchit de la marque solaire et précoce du millésime pour s’ancrer profondément dans son terroir, faisant correspondre acidité franche et tanins d’une extrême précision. Quarante ans après le méconnu 1971, miracle inespéré de grâce et d’équilibre, il rejoint la liste restreinte des vins singuliers, tirant leur épingle de conditions compliquées.

 

 Un millésime puissant

Vin esthète et puissant, taillé pour la grande garde, Château Palmer 2011 sort aujourd’hui de sa phase de réserve pour dévoiler de premières clefs de lecture. Son velouté caractéristique, drapé dans une structure charnue et généreuse, déploie des notes d’épices fraîches et de bois précieux qui résonnent avec force. Du haut de cette première apogée des dix ans, ce 2011 prometteur n’a pas fini de se livrer...

 

« Grand vin atypique à l’échelle de Bordeaux, Château Palmer 2011 s’affranchit de la marque du millésime pour s’ancrer profondément dans son terroir. Indéniablement, un vin important dans l’histoire de Palmer... »

— Thomas Duroux, directeur de Château Palmer

 

Depuis 2010, Château Palmer conserve précieusement une part importante de sa production dans le caveau historique de la propriété. Si la semaine des Primeurs, qui a traditionnellement lieu à Bordeaux au printemps, reste l’occasion de présenter des vins ciselés pour la garde dans leur prime jeunesse, Palmer inaugure ainsi en 2020 un nouveau temps fort : la seconde et dernière mise en marché, après dix ans de veille minutieuse au château, d’un millésime prêt à être dégusté.

Découvrir
Château Palmer 2011
À la une

2020, un beau paradoxe

Des merlots solaires, des cabernets fins et puissants, un terroir d’une belle évidence.

Avril 2021 - Dans la foulée d’un 2018 hors norme et d’un 2019 d’une profonde élégance, le millésime 2020 de Château Palmer complète, avec race et volupté, une trilogie d’exception.

Des vins solaires et harmonieux

Avec près de deux semaines d’avance, le débourrement de la vigne lance fin février un millésime d’une grande précocité. Les pluies abondantes de mars compliquent sensiblement le travail des sols et enchaînent sur un printemps humide, aux températures douces, propice à une pression mildiou exacerbée. Sur avril et mai, une attention redoublée est ainsi portée au vignoble pour maintenir notre cap agricole. A la mi-mai, le retour à des conditions sèches et chaudes font le lit d’une floraison idéale, laissant augurer une jolie récolte.

 
En juin, la tendance estivale se confirme et s’installe durablement. La véraison se déclenche fin juillet dans un contexte solaire, permettant une synthèse précoce des polyphénols. Si août, avec ses épisodes caniculaires, met la vigne sous forte tension hydrique, des orages intenses offrent une respiration bienvenue : les baies de merlot se gorgent tandis que les cabernets, plus tardifs, gardent leur petite taille. Le retour à un temps sec, fin août, favorise la concentration des tanins et inscrit la fin de maturation sous de beaux auspices.
 
Les vendanges sont sonnées le 15 septembre, les merlots récoltés à la fraîcheur de l’aurore, les cabernets entre les gouttes d’averses orageuses. Elles s’achèvent le 29 septembre, soit deux semaines plus tard. Au cuvier, les fermentations se déroulent sereinement et les assemblages sont bouclés en deux séances à la mi-novembre, en grande partie à l’écoulage. Marqué favorablement par le climat, le millésime 2020 de Château Palmer touche du doigt 2018 en termes de structure : des merlots solaires, des cabernets fins et puissants, un terroir d’une belle évidence.
Découvrir
Château Palmer 2020
L'œnothèque

Château Palmer & son Alter Ego

Les vins de Château Palmer. Ses mots. À partir d’une même philosophie, autant d’expressions de son terroir. Avec le temps, ces hommages à la nature environnante de l'appellation Margaux et à l’héritage de Château Palmer résonnent. Pas avec force ; mais tout en finesse, en élégance. Avec l’âge, les grands crus, les mots de Château Palmer, prennent plus de sens.

Découvrir
palmer_600x844
Rencontres

Théo Ceccaldi

Musicien
Paris
Le violoniste de jazz Théo Ceccaldi a suivi avec passion l’élaboration du millésime 2019. Sa résidence de création à Château Palmer donnera bientôt naissance à un vinyle, pressé en série limitée.
Découvrir

« Aucun millésime ne ressemble au précédent ! La remise en cause permanente de nos pratiques interdit tous les automatismes. Seule la dégustation nous guide. »

Pierre-Baptiste Cormery, Ouvrier de chai, Château Palmer