À la une

Palmer & vous

À la une

Actualités

Le souffle de Château Palmer.
Nos dernières inspirations et créations.
Toutes ces respirations qui font battre le coeur du domaine
comme de ses hommes et ses femmes.

10.07.2017
Le petit monde de Château Palmer 
Les beaux jours. Après une journée ensoleillée, les vignerons quittent les parcelles.

Juillet 2017 - Les beaux jours. Après une journée ensoleillée, les vignerons quittent les parcelles. Ils laissent derrière eux un vaste espace, une nature au repos. La vigne semble calme. Et pourtant… Il suffit de prendre un moment, de s’arrêter, d’observer. Sous cet océan vert chlorophylle se cache un petit monde très actif.

Avec un peu d’attention, il est possible de faire quelques belles rencontres, comme croiser le chemin d’un Carabus auratus, ou Carabe Doré. Ce petit coléoptère raffole des escargots. Les araignées sauteuses, redoutables prédatrices face aux Cicadelles vertes (Empoasca vitis) guettent l’une d’entre elles alors qu’une coccinelle naît sur une feuille de vigne et qu’un Opilion se régale de vers de grappes.

Le vignoble abrite un surprenant microcosme, dont l’équilibre fragile nécessite des soins.

Les pratiques culturales à Château Palmer permettent de réaliser à quel point les vignes peuvent abriter une biodiversité riche et variée. Grâce à la présence de végétaux divers, présence que nous accompagnons et renforçons avec la plantation d’arbres et de haies par exemple, nous découvrons chaque jour quelques petits insectes sur les parcelles de cabernets sauvignons, de merlots et de petits verdots.
Ces équilibres, essentiels à notre écosystème, sont les fondements d’une culture respectueuse de l’environnement. Les ravageurs ont des prédateurs naturels, « les auxiliaires », des insectes protégeant la vigne grâce à leur régime alimentaire notamment. D’autres insectes ont une influence indirecte sur la vigne. Ils ne contribuent pas immédiatement à sa protection mais enrichissent cet écosystème plus que bénéfique pour les cultures. C’est le cas par exemple des abeilles sauvages qui contribuent à la reproduction des végétaux entre les vignes et donc à l’habitat d’un grand nombre d’insectes. La population de ces abeilles a considérablement augmenté dans le vignoble.

Il est primordial aujourd’hui de conserver cette véritable richesse pour contribuer à une agriculture durable et responsable. Bien que très peu visible de prime abord, ce monde miniature joue un rôle important dans notre environnement, et chaque espèce a une fonction indispensable. L’une ne va pas sans l’autre. En protéger une, c’est les protéger toutes.

Découvrir
29.06.2017
Chimie et papilles
La création d’un millésime passe par une succession d’étapes, de gestes, de manipulations.

Juin 2017 - La création d’un millésime passe par une succession d’étapes, de gestes, de manipulations. L’oeuvre de la nature façonnée par l’homme, à la vigne puis au chai.
Bien que certaines opérations soient moins connues, elles jouent pourtant un rôle tout aussi primordial dans l’élaboration d’un millésime. Elles sont réalisées au laboratoire, près du chai. Un espace à part, blanc, immaculé, dédié à la chimie.

La chimie… Polyphénols, densité, extractibilité, potentiel alcoolique, azote assimilable, acide malique, anthocyanes,… Cette science accompagne la création des millésimes dès leur naissance, à la vigne.

Quelques jours avant les vendanges, les baies sont presque à maturité. Le top départ n’est pas loin. Pour déterminer la parfaite maturité et lancer les vendanges, des analyses sont effectuées sur les baies. Sylvain Fries, responsable R&D vignes, parcourt alors avec assiduité le vignoble. Il observe. S’arrête. Goûte. Récolte. Il récolte 200 baies pour chaque analyse, qu’il ramène au laboratoire.

Tommaso Nicolato, responsable du laboratoire, réalise alors deux contrôles classiques de maturité : le contrôle technologique et le contrôle phénolique.

Le contrôle technologique consiste à déterminer le rapport sucre/acide présent dans les raisins. Pendant la maturité, l’acide malique diminue et la concentration des sucres augmente. À Château Palmer, ce suivi de la concentration en sucres est réalisé via la méthode de densimétrie (étude de la densité du moût). La mesure de la densité du moût permet d'estimer le potentiel alcoolique du millésime, les sucres étant transformés en alcool au cours de la fermentation alcoolique. Le suivi de l’acidité est réalisé grâce à la mesure du pH.

Le contrôle phénolique est quant à lui fondé sur l’étude des polyphénols - soit les anthocyanes et les tannins. Via cette étude, nous suivons l’accumulation des anthocyanes et la transformation des tannins qui s’affinent et prennent leur caractère velouté, véritable signature des vins de Château Palmer. La méthode la plus communément utilisée est celle mise au point par le Professeur Glories : elle donne une bonne image de la quantité et de la qualité des ces polyphénols pour suivre leur extractibilité.

Ces analyses permettent de conforter la dégustation des baies. Elles sont un plus avant le lancement des vendanges. Mais rien ne vaut une validation par nos papilles car la complexité aromatique ne se chiffre pas, elle se ressent. Prochaine dégustation des baies en septembre pour le millésime 2017 !

Découvrir
12.05.2017
Une gelée impitoyable
À la fin du mois d'avril, tandis que que la vigne commençait à se parer de ses nouvelles feuilles vert tendre...

Mai 2017 - À la fin du mois d'avril, tandis que que la vigne commençait à se parer de ses nouvelles feuilles vert tendre et à dévoiler ses mannes, un épisode printanier très difficile s’est abattu sur le vignoble.
 
Les 26 et 27 avril derniers, dans la nuit, des gelées ont touché l’ensemble de la région bordelaise, causant d’importants dégâts sur la vigne. Château Palmer n’a pas été épargné puisque nos stations météo ont enregistré jusqu’à -3°C à certains endroits du vignoble, nous forçant à constater que la future récolte était anéantie sur environ 15 hectares. Quelques 10 autres hectares ont été partiellement touchés.
Les parcelles les plus reculées dans les terres ont subi le gel. Les autres, situées près de la Gironde, ont été préservées grâce à  leur proximité avec le fleuve. On dit souvent que "les grands terroirs voient l’eau". Elle les aura sauvés. Le fleuve a joué un véritable rôle de tampon thermique en réchauffant l’air à son contact, protégeant ainsi la future récolte. Un protecteur.
 
Malgré cet épisode impitoyable, qui nous rappelle les conditions climatiques du millésime 1991, la vigne renaît. Aujourd'hui, quelques bourgeons jusque-là endormis se réveillent, comme pour prendre le relais de ceux qui ont gelé. Le vignoble se régénère doucement. Il a besoin de temps et de tous les soins que nous pouvons lui procurer.
Il s’agit maintenant d’arpenter les vignes sans relâche, de rester attentifs et attentionnés, d’observer, d’accompagner, de soutenir... Grâce à différents remèdes comme les tisanes de Valériane, d’Achillée millefeuille ou d’Ortie, ou encore de la teinture mère d’Arnica, nous tentons d’apaiser la vigne et de l’accompagner dans cette reprise végétale pour assurer la récolte 2017. Une récolte diminuée.
 
En dépit des intempéries, la nature se relève. Comme un renouveau. Une prise de conscience supplémentaire sur l’importance de préserver notre écosystème.
 

Découvrir
18.04.2017
2016, L’équilibre est dans la nature
Les beaux jours. Le printemps continue sur sa lancée, laissant derrière lui une semaine de primeurs...

Avril 2017 - Les beaux jours. Le printemps continue sur sa lancée, laissant derrière lui une semaine de primeurs aussi intense qu’ensoleillée. Puis le calme. La nature grandit, le jardin murmure. L’occasion de revenir sur la naissance de ce joli millésime 2016.

Pour certains millésimes, il semble que, de la floraison à la récolte, le cycle de la vie progresse sur le tempo tranquille d’une horloge enchantée.
Mais c’est bien quand les saisons sont erratiques, et que les vignerons bataillent ferme pour y remettre de l’ordre, que les domaines peuvent révèler l’essence d’un grand cru – il en fut ainsi en 2016.
Un hiver si doux que les merlots bourgeonnèrent précocemment, un printemps si humide que l’on redouta la catastrophe du mildiou. Nos équipes étaient aux aguets. Elles ont relevé le défi, tels les grands musiciens de jazz qui, sur une note innattendue, tirent de la tonalité troublée une mélodie jubilatoire. Elles ont improvisé avec justesse, jusqu’à ce qu’un été sec et harmonieux offre un joli répit. Vint l’automne et la note bleue. Et commencèrent le 3 octobre les vendanges les plus tardives de l’histoire du domaine !
La récolte fut modeste mais l’intensité aromatique des raisins étonnante. La puissance des tannins nous invita à les extraire de manière soutenue.

Sublimer de telles grappes est la raison d’être des artisans du chai. Après les premiers mois d’élevage, l’équilibre de nos deux vins, Palmer et Alter Ego, diffère de celui des grands millésimes précédents : un degré d’alcool classique, mais une structure tannique d’une belle densité. Au bout du compte, le velours si caractéristique de nos vins, encore renforcé en 2016, apporte la preuve soyeuse que lors des millésimes imprévisibles, Château Palmer trouve le rythme parfait.

Découvrir
15.03.2017
Hear Palmer 2016 par Archie Shepp Quartet
Chaque année depuis 2010, le château s’éveille à l’aube des primeurs pour vous faire découvrir le nouveau millésime.

Mars 2017, veille de Primeurs, Château Palmer

Chaque année depuis 2010, le château s’éveille à l’aube de la semaine des primeurs pour faire découvrir le nouveau millésime en musique.
Des artistes de jazz sont invités à livrer leur interprétation du nouvel assemblage, lors d’un concert unique dans les chais.
Hear Palmer est devenu une tradition depuis la rencontre entre Jacky Terrasson et Thomas Duroux. Ces visionnaires ont imaginé une nouvelle façon de découvrir le millésime de l’année, de le goûter et de l’écouter.

Le 31 mars prochain, c’est Archie Shepp qui nous fait l’honneur d’interpréter le millésime 2016 pour cette 8ème édition d’Hear Palmer. Cette légende du Jazz s’est entourée de trois artistes pour l’occasion : Carl-Henri Morisset, Darryl Hall et Steve McCraven.

Ce millésime 2016 s’annonce à part. Après quelques mois d’élevage, les vins se distinguent par un équilibre singulier, tout en textures et en velouté. De quoi inspirer le quartet, reconnu pour la richesse et l’audace de son esthétique musicale, très personnelle, dense, rythmée et tendre à l’occasion. La promesse d’un concert d’exception…

Le podcast du concert sera disponible dès le 1er avril en écoute libre sur le site hear-palmer.com. Il sera également rediffusé le 6 avril à 21h sur TSF Jazz: http://www.tsfjazz.com/player.html

Découvrir
01.03.2017
Sebastião Salgado expose à Château Palmer
Mars 2017 - Une nouvelle année d’exposition débute à Château Palmer à partir du mois de mars.

Mars 2017 - Une nouvelle année d’exposition débute à Château Palmer à partir du mois de mars.

Sebastião Salgado, grand photographe passionné et passionnant exposera une sélection de photographies issues de son oeuvre Genesis, du 13 mars au 25 août 2017. Cette série regroupe des photographies de la nature, celle non façonnée par l’homme, prises aux quatre coins du globe. Comme pour nous rappeler la beauté du monde qui nous entoure, de cette flore sauvage, vierge d’intervention humaine.

Cette sélection faite pour Château Palmer par Sebastião Salgado et Léila Wanick Salgado, commissaire de l'exposition, révèle notre jardin planétaire. Un jardin hors-norme, sans frontières, aux mille et unes espèces de végétaux.
Salgado nous fait redécouvrir la beauté de notre planète. Il nous interpelle par le biais de ses photographies, pour une prise de conscience. La nature native disparait, pourtant véritable trésor du monde. « On a quitté notre planète » explique Salgado, « il faut retourner vers la nature, l’aimer, la contempler, la respecter ».

Sebastião Salgado est né en 1944 à Aimorés, état du Minas Gerais, au Brésil.
Economiste de formation, il commence sa carrière de photographe à Paris en 1973. Il travaille avec différentes agences jusqu’en 1994, lorsque avec Lélia Wanick Salgado ils fondent l’agence de presse Amazonas images, exclusivement vouée à son travail photographique.
Il voyage dans plus de 100 pays pour ses projets photos qui, au-delà de nombreuses publications dans la presse, furent ensuite pour la plupart présentés dans les livres tels que Autres Amériques (1986), Sahel, l’homme en détresse (1986), La main de l’homme (1993), Terra (1997), Exodes et Les enfants de l’exode (2000), Africa (2007) et Genesis (2013).

Des oeuvres sur sa vie voient le jour : le livre De ma terre à la Terre (Presses de la Renaissance, 2013), récit à travers la plume de la journaliste Isabelle Francq.
Le film Le Sel de La Terre,(2014)  un documentaire sur la vie et le travail de Salgado,  réalisé par Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado. Un film présenté au festival de Cannes 2014 notamment, et qui a obtenu plusieurs prix dont l’Oscar du meilleur film documentaire.
Totalement engagé dans les causes environnementales et humanitaires, il travaille également avec Lélia Salgado depuis les années 1990 à la récupération de l'environnement d'une petite partie de la Forêt Atlantique au Brésil, dans l’état du Minas Gerais.

L'exposition "Jardins Naturels" est visible dans le cadre des visites à Château Palmer. Pour réserver, une demande par e-mail doit être adressée à chateau-palmer@chateau-palmer.com.

Découvrir
13.02.2017
Archie Shepp, inspiration Charleston
Charleston sera l’un des morceaux de jazz le plus repris aux États-Unis dans les années 1920, mais également le premier morce

Charleston, Caroline du Sud.
Ville d’inspiration à l’architecture raffinée et aux jardins envoûtants. Véritables jardins de mémoire, comme ceux de la Magnolia Plantation & Garden. Les plus anciens jardins non réaménagés d’Amérique, où humanité et nature semblent avoir trouvé un équilibre harmonieux.
La nature y vit, s’exprime, raconte, inspire, éveille curiosité et créativité.

Ces jardins semblent avoir soufflé en 1923 quelques précieuses notes de jazz à l’oreille du pianiste et compositeur afro-américain James Price Johnson, qui donna naissance au morceau Charleston.

Charleston sera l’un des morceaux de jazz le plus repris aux États-Unis dans les années 1920, mais également le premier morceau appris par un jeune garçon de sept ans au talent prometteur, qui deviendra l’un des plus grands jazzmen américains, Archie Shepp.

Archie Shepp découvre la musique avec son père qui lui enseigne quelques accords, ainsi que Charleston. Commence alors une longue histoire entre Archie Shepp et le jazz. Plus qu’une carrière, une vie consacrée à la musique. Il multipliera disques et rencontres audacieuses, pour finalement recevoir un award et devenir membre du NEA Jazz Master (institution américaine qui récompense et honore les figures incontournables et légendaires qui ont fait l’histoire du jazz) le 4 avril 2016.

À l’occasion du concert Hear Palmer, il nous fera l’honneur de venir interpréter le millésime 2016 le 31 mars prochain à Château Palmer.
Célébrant en 2017 ses 80 ans, Archie Shepp n’en finit pas de nous faire voyager avec sa musique.
Un voyage qui, inconsciemment, nous ramène peut-être toujours un peu dans les jardins de cette ville raffinée de Caroline du Sud...

Découvrir
24.01.2017
Au coeur de l’hiver
Depuis quelques jours, une vague de froid s’installe sur la France et le matin, une légère couche de glace...

Janvier 2017 - Depuis quelques jours, une vague de froid s’installe sur la France et le matin, une légère couche de glace recouvre le vignoble de Château Palmer. Une gelée blanche.
Au coeur de cette nature silencieuse, les vignerons taillent la vigne, sécaillent*, acanent, plient.

L’acanage est la fixation du pied de vigne à son marquant (ou petit piquet) et au fil de pliage. Cette pratique permet de stabiliser les pieds pour travailler le sol. Un maintien suffisant passe par trois attaches : une au niveau du tronc et une sur chaque bras du cep. Ce travail hivernal débute en règle générale une à deux semaines après le début de la taille. Cette année, nous avons commencé à acaner mi-décembre.
Nous acanons avec du vime (brin d'osier), une méthode ancestrale que nous n'avons jamais abandonnée. Elle nous permet d’avoir un lien résistant et naturel. Les vimes tiennent entre deux et trois ans, selon la météo. Lorsqu’ils viennent à céder, ils se dégradent naturellement dans le sol puis sont remplacés par de nouveaux vimes.
Pour fixer un vime, le vigneron l’enroule autour du tronc ou du bras du cep. Il entremêle ensuite les extrémités du vime entre elles, et assure le maintien du vime en recourbant l’une des extrémités contre le cep. La seconde extrémité du vime est alors sectionnée. Ces gestes, rapides et sûrs, sont répétés environ 1500 fois par jour par le vigneron.

Le pliage consiste quant à lui à attacher chacune des astes de la vigne (sarment conservé lors de la taille) sur le fil porteur, ou dit « fil de pliage ». Le nombre d’astes varie selon la vigueur du cep. Nous en conservons généralement deux.

Des tâches minutieuses, jumelées à la taille et au sécaillage, que les vignerons réalisent avec attention pour que la vigne se réveille tout en douceur.

* Le sécaillage consiste à entretenir le palissage, en changeant les piquets usés et les fils destinés à soutenir la vigne.
 

Découvrir
05.12.2016
2016 : EN COURS DE CREATION
Novembre s’achève… le millésime 2016 évolue doucement au chai, à l’abri des conditions météorologiques automnales.

Décembre 2016 - Novembre s’achève… le millésime 2016 évolue doucement au chai, à l’abri des conditions météorologiques automnales. Mais revenons sur les premiers pas singuliers de ce nouveau millésime.
 
Contrairement à la vigne qui n’a pas tardé à dévoiler des feuilles aux couleurs chaudes - de l’orangé au brun, en passant par le rouge et le roux - au cuvier, le millésime 2016 a mis un peu plus de temps avant de s’habiller de sa couleur rubis. Heureusement, quoique un peu timides au départ, les anthocyanes (pigments naturels présents dans les pellicules des raisins et qui confèrent sa couleur au vin) nous ont finalement offert une belle palette de rouges profonds et lumineux.

Les macérations ont quant à elles été un peu plus longues qu’à l’accoutumée. Aucun risque de surextraction cette année, puisque les tannins étaient mûrs à point, grâce au généreux soleil d’octobre. Grâce à cette structure tannique souple, caressante et puissante à la fois, les vins sont charnus mais tendus.

Autre particularité du 2016 : une fermentation malolactique très rapide qui a permis une très belle netteté des arômes lors des dégustations de cuves, post vendanges.
Les vins sont désormais en barriques, prêts pour un long élevage à venir. Les premiers soutirages ont été effectués et les dégustations d’assemblage commenceront dans le courant du mois de décembre, qui révèleront Alter Ego et Palmer - millésime 2016...

Découvrir
10.06.2016
Retour sur la vente Sotheby's
Le samedi 4 juin dernier, s'est déroulée à Hong Kong la première vente aux enchères consacrée intégralement aux vins de…
Le samedi 4 juin dernier, s'est déroulée à Hong Kong la première vente aux enchères consacrée intégralement aux vins de Château Palmer.
 
Cette vente organisée par Sotheby's a été un véritable succès, puisque l'intégralité des lots proposés ont été acquis et certains d'entre eux ont atteint des montants records.
L'ensemble des lots provenaient du caveau du Château, de la cave de la maison Mähler-Besse ainsi que de la réserve personnelle de Franck Mähler-Besse, avec parmi eux des lots mythiques, tels qu'un double magnum de 1961 ou encore une barrique du millésime 2015 dont les bouteilles seront personnalisées avec le nom de son acquéreur.
 
Nous tenons à remercier chaleureusement toute l'équipe de Sotheby's pour l'organisation de cette vente, et notamment Jamie Ritchie, tout récemment promu directeur international du département vins, ainsi que Serena Sutcliffe, avec qui nous entretenons des relations amicales depuis très longtemps.
Découvrir