À la une

Palmer & vous

sylvain fries vignoble vignes

Sylvain Fries

Responsable R&D vignoble
Château Palmer, Margaux
« Col bleu », vitrailliste… Ce Mulhousien s’est remis en cause plusieurs fois, a connu plusieurs vies. Utile à l’heure de donner un nouvel élan au domaine…

Comment avez-vous rejoint Château Palmer ?

Par des chemins de traverse. Je suis né et j’ai grandi dans un quartier populaire de Mulhouse. J’ai toujours eu la fibre manuelle. C’est donc tout naturellement que j’ai rejoint le lycée agricole le plus proche, à Rouffach. Sans pouvoir immédiatement poursuivre dans cette voie : j’ai très tôt dû subvenir à mes besoins. Direction l’usine donc, en Allemagne, pendant plus de 7 années, le temps d’en avoir assez. De fil en aiguille, je me suis intéressé puis formé au travail des vitraux d’art. Un atelier de Créon, dans l’Entre-deux-Mers, cherchait un employé. J’ai saisi l’occasion ! Près de 10 années durant, j’ai exercé ce métier avec passion. Malheureusement, cela ne suffit pas. Mon employeur a dû fermer boutique… Après ces différentes vies, la prochaine devait concilier passion et avenir. Installé dans le bordelais, le vin s’est imposé. À 32 ans, j’ai repris les études, passé un Bac Pro, un BTS et obtenu en alternance un stage chez Château Palmer. Depuis, je n’ai plus quitté le domaine.

panier de fleur

Qu'est-ce qui vous séduit chez Château Palmer ?

En dehors de la qualité des vins, j’en apprécie tout particulièrement l’approche. Cette prise de conscience de la nécessité de partir vers un nouveau monde, plus responsable, plus durable. Une quête d’excellence, un jusqu’au-boutisme, autorisant une remise en cause permanente de nos pratiques. Cette vision est unique.   

 

En quoi consiste votre métier aujourd'hui ?

J’observe, surtout. La démarche est totalement nouvelle. Mais, j’ai été habitué à m’adapter… La conduite du domaine en biodynamie nous oblige à regarder les parcelles évoluer pour les connaître sur le bout des doigts, à grandir avec elles, en acquérant petit à petit leur sensibilité afin de mesurer au mieux l’effet des essais menés.
 
Quelles expérimentations réalisez-vous justement ?

Les investigations sont aussi nombreuses que les recherches en la matière inexistantes, tant cette voie est nouvelle. J’étudie par exemple l’impact sur le vignoble de différentes tisanes destinées à le protéger du mildiou, afin de recourir le moins possible au cuivre. Je teste ainsi diverses plantes, issues de préférence du domaine, comme les soucis des champs, les orties ou l’osier. Je mène aussi plusieurs essais sur la hauteur du rognage des vignes…

« J'ai une tendresse particulière pour le Palmer 2009. Je me revois entrain de le déguster dans les chais pendant les vinifications. »

Sylvain Fries, Responsable R&D vignoble, Château Palmer

sylvain fries vignoble vignes

Comment imaginez-vous le domaine à l'avenir ?

Dans 5 à 10 ans, j’aimerais y voir une nature foisonnante, encore plus riche, plus complexe qu’aujourd’hui : un enherbement diversifié et des troupeaux de brebis certes, mais aussi des arbres fruitiers, des haies, des abeilles… Autant de manifestations de l’extrême pluralité de notre organisme agricole et de son équilibre naturel retrouvé.
 
Quel vin du domaine appréciez-vous ?

J’ai une tendresse particulière pour le Palmer 2009. Je me revois en train de le déguster dans les chais pendant les vinifications. C’était magique ! Ça l’était tout autant à Noël dernier, lorsque je l’ai dégusté avec mes amis.