À la une

Palmer & vous

À la une

Actualités

Le souffle de Château Palmer.
Nos dernières inspirations et créations.
Toutes ces respirations qui font battre le coeur du domaine
comme de ses hommes et ses femmes.

01.03.2019
Derniers mois d’élevage du millésime 2017
Le millésime 2017 poursuit son élevage en barriques dans le chai des Marronniers. Un an après son assemblage définitif,...

Le millésime 2017 poursuit son élevage en barriques dans le chai des Marronniers. Un an après son assemblage définitif, le vin se peaufine dans l’obscurité du lieu et sous les gestes précis de nos techniciens. 

Au cours des derniers mois d’élevage, le vin nécessite entre autres deux opérations importantes : le collage et la levée de colle. 

Coller un vin, c’est ajouter du blanc d’oeuf. En se combinant aux dernières petites particules en suspens, il se forme ainsi un complexe plus lourd qui se déposera au fond de la barrique au bout de plusieurs semaines. Un ultime soutirage, la levée de colle, va permettre de séparer le vin devenu plus clair et plus brillant des lies ou dépôt formé au fond de la barrique.

Comme chaque étape, ce sont nos papilles qui nous orientent. Afin de déterminer le bon collage dont le vin a besoin, nous réalisons des essais préalables, de 0 à 5 blancs d’œufs par barrique. Puis nous dégustons et retenons le collage qui va sublimer le vin.

Actuellement, le chai vit au rythme de ce dernier soutirage réalisé à l’esquive, avant sa mise en bouteille cet été. Pour séparer finement le vin clair de ses lies, nous utilisons la méthode ancestrale de la levée de colle à la bougie. Le vin s’écoule de la barrique, éclairé par la lueur de la flamme et dès qu’un léger trouble vient perturber l’éclat mis en valeur par la bougie, nous arrêtons. Le vin est alors limpide, d’un bel éclat, brillant.

 

Découvrir
25.02.2019
Hear Palmer, 10 millésimes jazz
Cette année, Hear Palmer 2018 marquera la 10ème édition de l’événement.

Cette année, Hear Palmer 2018 marquera la 10ème édition de l’événement. Depuis 2010, vin et jazz vont de pair à Château Palmer. Ils se goûtent autant qu’ils s’écoutent, se révélant sous les notes de grands jazzmen. 

Hear Palmer est né de la rencontre entre Jacky Terrasson, célèbre pianiste de jazz franco-américain, et Thomas Duroux, directeur général de Château Palmer. La mise en place de Hear Palmer résonnait comme une évidence aux oreilles des deux hommes, car entre Château Palmer et le jazz règne un savoureux dialogue fait de complexité et de spontanéité. À la fois universels et mystérieux, ils flirtent tout deux entre rigueur et improvisation. De ce mélange d’une passion pour le vin et d’une autre pour le jazz, est né Hear Palmer, avec un concert donné dans le château à la résonance particulière… celle de l’expression en musique du millésime 2009 et la première édition d’une longue liste d’interprétations.

Le millésime 2010 a ensuite été interprété par Yaron Herman et Michel Portal dans le chai des Marronniers, lieu historique de la propriété. Puis le millésime 2011 par le trio AIR, composé de Giovanni Mirabassi, Flavio Boltro et Glenn Ferris, de nouveau entre les murs du château. Lionel Belmondo trio ensuite, qui a révélé le millésime 2012. Le millésime 2013 a été mis en musique par le Daniel Humair Quartet dont le saxophoniste n’est autre que Émile Parisien. Un très beau concert, joué dans le chai des Jasmins. Le millésime 2014 quant à lui, marquait une date historique pour Château Palmer : celle de 200 ans d’histoire, rappelant le rachat de la propriété par le Major Général Charles Palmer deux siècles auparavant à la veuve De Gascq. Une date anniversaire célébrée par Christophe Dal Sasso’s Big Band. Thomas Enhco et Dan Tepfer ont improvisé sur le millésime 2015, et Archie Shepp a fait vibrer le chai des Jasmins avec son Quartet en révélant le millésime 2016 l’année de ses 80 ans ! Enfin, le millésime 2017 s’est exprimé sous les notes du Einar Scheving Quartet, une formation islandaise. 

Autant d’interprétations que de millésimes. Une révélation en musique auquel n’échappera pas le millésime 2018. 

Cette 10ème édition de Hear Palmer est l’occasion de proposer un format inédit avec non pas un, mais trois concerts. La philosophie de l’événement elle reste la même : un artiste est invité à exprimer sa vision, sa compréhension, ses émotions autour du nouveau millésime de Château Palmer, et en devient le parrain.

C’est Émile Parisien qui racontera une nouvelle fois, en musique, le nouveau millésime de la propriété, mais avec une véritable carte blanche cette fois-ci, pour imaginer et proposer la programmation de ces 3 concerts qui auront lieu dans 3 lieux symboliques… Dont le premier au château. Un joli écho au tout premier concert de Jacky Terrasson. 

Hear Palmer 2018 :

Le 29 mars 2019 à Château Palmer, Duo Metanuits, Émile Parisien & Roberto Negro (concert privé) – La révélation

Le 30 mars au Rocher de Palmer, à 20h30, Émile Parisien Sfumato & ses amis – L’assemblage

Le 31 mars à La Cité du Vin, à 18h00, Carte blanche à Émile Parisien – La finale 

https://hear-palmer.com/

____

Hear Palmer et Qobuz offrent de la musique en haute-fidélité : du 5 avril au 5 mai 2019, les concerts live seront en  libre téléchargement sur https://www.qobuz.com/hearpalmermillesime2018

 

Découvrir
20.12.2018
Le grand jardin
Prendre le temps de voir ce qui nous entoure. Regarder, comprendre, puis contempler. Chaque être vivant...

Décembre - Prendre le temps de voir ce qui nous entoure. Regarder, comprendre, puis contempler. Chaque être vivant évolue dans un milieu qui lui correspond, l’abrite, le nourrit et le fait grandir. L’un des principes fondamentaux de la biodynamie est de considérer chaque élément du vivant comme faisant partie d’un tout ; ces éléments forment un environnement pluriel et vertueux qui devient autonome. Aussi, un pied de vigne ne se limite pas à lui seul. Il faut le penser dans un ensemble : le sol, l’eau, les végétaux, les animaux, les insectes, le cosmos…

En se promenant dans le vignoble, l’océan est certainement l’un des premiers éléments marquants. Un océan non pas d’eau salée, mais de chlorophylle. Vert de vignes, changeant de couleurs avec les saisons et dessinant une ligne d’horizon. Comme à perte de vue. Or un environnement est riche de part sa complexité. Devant cette observation, il nous a semblé important de donner du relief aux alentours de la propriété, un identité. Nous avons ainsi lancé un projet de plantations d’arbres et de haies, endémiques et d’anciennes variétés. Pour choisir ces végétaux, nous avons pris en compte l’équilibre ravageurs/prédateurs et la structure du paysage.

Avec l’aide d’un entomologue, spécialiste des insectes, nous avons étudié la vie minuscule de nos parcelles. L’harmonie du vignoble repose sur la complexité des équilibres entre espèces et notamment celle entre les ravageurs (nuisibles pour les vignes) et prédateurs (de ces derniers). L’objectif était donc de planter des arbres et arbustes favorisant l’habitat des prédateurs, leur capacité à se nourrir et se reproduire pour protéger les vignes. Nous avons également réalisé une étude avec la Ligue de Protection des Oiseaux, qui nous a apporté de précieuses informations sur ces animaux et leurs bienfaits pour le vignoble. Les chauves-souris par exemple, sont un allié idéal contre les vers de grappes qui favorisent l’apparition du botrytis. En plantant des arbres dans les parcelles, comme la plantation d’arbres fruitiers sur nos parcelles du Cassena, celles-ci trouvent des points de repères, des abris et peuvent ainsi faire du vignoble leur terrain de chasse.

Cette diversité floristique et faunistique alimente la propriété et l’enrichit. L’environnement du vignoble devient plus équilibré et  interdépendant. Résilient. Quelques 2500 arbres et haies plus tard, nous continuons cet aménagement de l’espace. Cette année, une vingtaine d’arbres seront plantés dans les parcelles. La vigne n’est plus seule, elle communique, échange et interagit avec d’autres espèces. Le vignoble est repensé. Il devient un jardin, grand, multiple.

Découvrir
13.12.2018
Guy Le Querrec expose le « Jazz de J à ZZ »
L’année 2019 sera jazz à Château Palmer, marquée par la 10ème édition de notre concert annuel, Hear Palmer.

Décembre - L’année 2019 sera jazz à Château Palmer, marquée par la 10ème édition de notre concert annuel, Hear Palmer. Une belle occasion de mettre à l’honneur les oeuvres de Guy Le Querrec au travers de son exposition Jazz de J à ZZ, proposée du 19 janvier au 19 août 2019 à Château Palmer.

Photographe de l’agence Magnum Photos depuis 1976, ce parisien d’origine bretonne est tombé amoureux de l’image dès son plus jeune âge. Dans la lignée de Marc Riboud, Henri Cartier-Bresson, Sergio Larrain…, qu’il admire –, il parcourt le monde, livrant des reportages qui ont fait date.
Dans la vie et le travail de Guy Le Querrec, la musique figure en bonne place. Son regard se promène librement dans cet univers pour donner quelques-uns des plus célèbres clichés du XXème siècle. Il devient le photographe de tous les plus grands noms du jazz (Lauréat du Grand Prix de la Ville de Paris en 1998).

« Le jazz, mes oreilles, mon cœur, mes sentiments en ont besoin. Ces cadences, ces rythmes... Et il y a ce mot majeur : pratiquer une photographie de l’improvisation. »

Chroniqueur régulier des épisodes de la vie de musiciens, il est aussi inventeur des spectacles « De l’eau dans le jazz » en 1983 et « Jazz comme une image » en 1993, où défilent sur écran géant ses photographies mises en musique, en live, par un quartet où il réunit Michel Portal, Louis Sclavis, Henri Texier et Jean-Pierre Drouet. En 2011, il est invité à suivre Michel Portal et Yaron Herman lors de la seconde édition de Hear Palmer dans le chai de la propriété. Cette rencontre marque le début d’une belle amitié entre le photographe et Château Palmer.

« Je cherche à raconter la vie des musiciens, leurs voyages, leurs fatigues, leurs rires, leurs séances de travail, leurs solitudes, leurs attentes ».

Guy Le Querrec s’immisce avec pudeur et générosité dans la vie des artistes pour capturer un silence, un secret, une note : leur pouls.

Le ténor Archie Shepp au son chaud et lyrique déambule dans une rue de Paris, « le colosse du saxophone » John Coltrane hypnotise derrière un simple écran de télévision… Chaque image prise sur le vif fait appel au rythme, à l’improvisation, à l’imagination et défie le regard.  

L'exposition Jazz de J à ZZ par Guy Le Querrec est visible dans le cadre des visites à Château Palmer, du 19 janvier au 19 août 2019. Durée 2h30 - 70€ - Réservation par e-mail à chateau-palmer@chateau-palmer.com

 
Le trompettiste américain Miles DAVIS. 6ème PARIS JAZZ FESTIVAL. 1969. Salle Pleyel à Paris 8ème pendant le concert du Miles Davis Quintet avec les musiciens américains Wayne Shorter (saxophone ténor), Chick Corea (piano, keyboard), Dave Holland (contrebasse), Jack DeJohnette (batterie) ©Guy Le Querrec/ Magnum Photos
 
Archie Shepp, Paris, France, 9 novembre 1983 ©Guy Le Querrec/ Magnum Photos
Découvrir
22.11.2018
Une histoire d’animaux
Jour après jour, les hommes et les femmes de Château Palmer écoutent le terroir, travaillent les sols, soignent la vigne,...

Novembre 2018 - Jour après jour, les hommes et les femmes de Château Palmer écoutent le terroir, travaillent les sols, soignent la vigne, élèvent le vin et veillent à l’épanouissement de la propriété. Et dorénavant, ils peuvent compter sur quelques compagnons de travail… vaches, brebis et chèvres encadrées par Emilie et Pierre, notre bergère et notre vacher, qui contribuent tout autant à la santé du vignoble et à sa résilience.

Peu à peu, le domaine se réorganise ainsi autour du vivant. Une ferme auto-suffisante, dont la production de richesses passe par les organismes qui la composent : la vigne, les plantes, les haies, les arbres fruitiers, les fleurs sauvages, les animaux, les insectes… Un cercle vertueux en somme.

Nos vaches Bordelaises ont été l’un des premiers acteurs de cet organisme agricole. Elles pâturent nos prairies et permettent la production d’un compost « fait maison » riche, de qualité, grâce au fumier qu’elles produisent, complété de sarments de vignes broyés et de déchets verts du jardin. Elles nous permettent également de réaliser nos préparations biodynamiques comme la 500. Les sols sont alors enrichis en micro-organismes bénéfiques et nourrissants. Notre troupeau compte aujourd’hui une douzaine de bovins mais s’est agrandi depuis le mois dernier avec la naissance de trois petites velles, Orlaya, Ombelle et Orchidée.

En partenariat avec deux bergers, l’entretien hivernal du vignoble est assuré par plus d’une centaine des brebis. De novembre à mars, elles parcourent les parcelles, broutent l’herbe tendre autour des pieds de vignes, fertilisent le sol sur leur passage et suivent les ordres affûtés de nos chiens de berger, Ben et Hip-hop.
Le reste de l’année, les chèvres des Pyrénées viennent compléter le travail de nos brebis Landaises en réalisant l’entretien des abords de parcelles.

Le développement de ces élevages bovins, ovins et caprins, est réalisé en collaboration étroite avec le Conservatoire des Races d’Aquitaine. Un projet qui s’inscrit dans le lieu et dans le temps puisque nous travaillons avec des races anciennes et locales, adaptées au domaine et à son environnement, et participons à la sauvegarde de ces races en voie de disparition. Château Palmer est donc entre de bonnes mains… et de bons sabots !
 

Découvrir
03.10.2018
La dégustation des baies
Au petit matin. Le soleil se lève lentement au dessus du vignoble, et pare le ciel d’un rouge intense, qui se fond ensuite...

Septembre - Au petit matin. Le soleil se lève lentement au dessus du vignoble, et pare le ciel d’un rouge intense, qui se fond ensuite dans des teintes orangées, puis de rose pâle. Une lumière délicate baigne la propriété. Alors que la rosée disparaît sous les premiers rayons, Thomas, Sabrina et Sylvain arpentent le vignoble. Ils goûtent.

Septembre est un mois intense sur la propriété, car il est en général signe de récolte. Cette année, les vendanges ont commencé le 13 septembre avec les jeunes vignes de merlot. Et depuis le début du mois, chaque matin, l’équipe technique déguste les baies pour suivre la maturité des raisins. Elle remonte les rangs de chaque parcelle, cueille une baie par-ci, une baie par-là, analyse les arômes et la finesse des tannins de la pellicule et des pépins.
Goûter les raisins est tout un art. Grâce à cette étape, il est possible de déterminer les ressemblances et différences entre les parcelles. On les regroupe, on les assemble. Mentalement d’abord. Comme un puzzle du parcellaire. Certaines d’entre elles arriveront à maturité avant d’autres.

Cette dégustation quotidienne permet d’évaluer trois types de maturités : la maturité technologique qui reflète l’équilibre entre sucre et acidité, la maturité aromatique qui détermine le style aromatique du millésime, et enfin la maturité phénolique qui nous permet de juger la qualité des tannins et la structure.

Nous recherchons une synchronisation de ces maturités pour nous assurer de mettre en cuve des raisins prometteurs. Chaque millésime est différent, unique, et pour respecter son style, la décision de vendanger ou d’attendre repose donc sur une équation très subtile. Chaque jour compte. Et ce décompte donne la première note du millésime.
 

Découvrir
11.09.2018
Raymond Depardon expose à Château Palmer
Raymond Depardon est né en France en 1942. Fils de parents agriculteurs, il grandit dans la ferme familiale du Garet...

Septembre - « Mes parents ont su avant moi que je ne reprendrais pas l’exploitation familiale, ils étaient dépassés par ma détermination et ma passion pour l’image » Raymond Depardon.

Raymond Depardon est né en France en 1942. Fils de parents agriculteurs, il grandit dans la ferme familiale du Garet, près de Villefranche-sur-Saône, qu’il quitte à l’âge de 16 ans pour monter à la capitale et devenir photographe, sa première passion. Pendant des années, il parcourt la planète en quête d’images qui racontent le monde, comme photographe puis comme cinéaste. Pour autant, la ferme de ses parents et le sentiment de l’avoir abandonnée l’obsèdent au point d’apparaître en filigrane dans nombre de ses travaux.

Au début des années 1980, une commande de la DATAR (Délégation Interministérielle de l’Aménagement du Territoire et de l’Attractivité Régionale) lui offre l’occasion de retourner sur sa terre natale. En parallèle, différentes commandes pour la presse lui permettent de photographier des paysans d’autres régions. Le monde rural devient sa deuxième passion, son sujet de prédilection.

Avec la publication en 1995 du livre La Ferme du Garet, Raymond Depardon explore ce lien originel avec sa terre, ses origines. Il envisage alors de filmer, sur une dizaine d’années, la vie rurale en moyenne montagne dans la France des années 2000. Dès lors, naît la trilogie « Profils Paysans » composée de longs métrages : L’approche (2000), Le quotidien (2005), La vie moderne (2008). Dans le même temps, le photographe continue de capturer à travers son objectif – en noir et blanc puis en couleur – des fragments du monde.

L’exposition proposée à Château Palmer avec l’aimable complicité de Magnum Photos, produite à partir du livre éponyme paru à l’automne 2008, restitue ce parcours en proposant plusieurs corpus d’images prises entre 1960 et 2007. Elle donne ainsi à voir l’attachement de Raymond Depardon à la terre des paysans.

L'exposition La Terre des Paysans par Raymond Depardon est visible uniquement dans le cadre des visites à Château Palmer, du 11 septembre au 21 décembre 2018. Durée 2h30 - 70€ - Réservation par e-mail à chateau-palmer@chateau-palmer.com

 

Gilberte et Abel Jean Roy, Servance, Haute Saône, 2005 © Raymond Depardon/MagnumPhotos

Marcel Privat, Le Villaret, Lozère, 2000 © Raymond Depardon/Magnum Photos

Découvrir
05.09.2018
Les «Américains» 
Alors que les vendanges approchent, les travaux en vert touchent à leur fin. Cette longue période de viticulture...

Septembre 2018 - Alors que les vendanges approchent, les travaux en vert touchent à leur fin. Cette longue période de viticulture regroupe trois tâches différentes : l’échardage, le levage et l’épamprage. L’épamprage est l’art de supprimer les rameaux non fructifères qui poussent directement sur le tronc de la vigne. Celle-ci concentre alors son énergie sur les rameaux fructifères, ceux qui donneront des raisins. L’épamprage est réalisé tout au long de la période de travaux en vert. Mais il existe une autre forme d’épamprage bien spécifique, réalisée à la fin de la période estivale.
« Nous terminons les américains ». C’est ainsi que les vignerons nomment cette dernière forme d’épamprage. Une drôle d’expression derrière laquelle se cache une histoire intéressante…

Vitis Vinifera. Il s’agit de la principale espèce de vigne historiquement cultivée en Europe et regroupant les cépages connus tels que le cabernet sauvignon ou le merlot. Jusqu’au XIXème siècle elle était « franche de pied », c’est à dire qu’elle possédait son propre système racinaire. Cette vigne résistait à tout. À tout… sauf au mal du siècle. On l’appelle phylloxéra. Ce petit puceron pique les racines, provoque des excroissances et bloque la circulation de la sève. La vigne finit alors par mourir. À partir des années 1860, ce ravageur a détruit de nombreux vignobles en France et en Europe.

Il existe plusieurs théories quant à l’origine de la propagation de ce puceron sur nos terroirs.
La plus courante évoque le Nouveau Monde. Alors qu’au XIXème siècle l’économie mondiale prenait son essor, la multiplication des échanges transatlantiques et la diminution des temps de traversée de l’océan sont à l’origine de l’arrivée en Europe du phylloxéra, puceron jusqu’alors inconnu.

Une autre théorie, plus répandue dans la sphère biodynamie, considère à l’inverse que ce puceron a toujours été présent mais que Vitis Vinifera a perdu sa faculté naturelle à lui résister. La rationalisation de la viticulture, l’appauvrissement de la diversité des cépages, la multiplication systématique par bouturage en seraient entre autres les raisons.

Pour renouveler le vignoble européen, les viticulteurs ont eu l’idée d’appliquer une pratique déjà courante en arboriculture : la greffe. Les cépages issus de l’espèce Vitis Vinifera sont ainsi greffés sur d’autres espèces de Vitis venues d’Amérique comme Vitis Rupestris ou Vitis Berlandieri qui ne sont pas sensibles aux piqures du puceron.

« Faire les américains » signifie couper les rameaux non fructifères qui poussent sur le porte-greffe, donc la partie « américaine » de la vigne, et éviter ainsi que le « greffon » soit rejeté.  Ce travail d’épamprage spécifique que l’on réalise sur l’ensemble du vignoble constitue une tâche longue et minutieuse. Il faut compter en moyenne 600 pieds de vignes par heure et par personne. De quoi s’occuper jusqu’aux vendanges…

Découvrir
20.07.2018
Mémoire de vigne
Alors que le soleil est enfin réapparu après 5 mois très pluvieux, vignerons et vigneronnes réalisent les travaux en vert.

Juillet 2018 - Alors que le soleil est enfin réapparu après 5 mois très pluvieux, vignerons et vigneronnes réalisent les travaux en vert : épamprage, échardage et levage.
Sur certaines parcelles, des « ponts » sont également créés entre deux rameaux de vignes côte à côte. Cette technique appelée le tressage, est réalisée sur les parcelles comme celles situées sur le Plateau des Brauzes.

Le tressage des rameaux est une pratique manuelle qui semble très intéressante pour la vigne.

À l’état sauvage, une vigne a besoin d’autres végétaux pour pousser et s’épanouir. Par le tressage, nous lui permettons de retrouver un lien social, une forme de communication, favorable à son développement. Pour le réaliser, il faut dans un premier temps attendre que les rameaux commencent à ployer. On ne les rogne plus. On entrelace délicatement les rameaux de deux pieds de vignes côte à côte sur un même rang. Très rapidement les vrilles s’emmêlent et les deux ceps sont liés. Ils communiquent.

Ne plus rogner la vigne permet également de conserver les apex.

L’apex se situe à l’extrémité de la plante. Il serait à la fois sa mémoire, sa sensibilité et l’organisateur du rameau sur lequel il se trouve. Il semble être la tête pensante de la vigne. Gardant en mémoire les conditions du millésime, l’apex défendrait son rameau en envoyant des informations à la plante, et protègerait ainsi les raisins dont il a la charge.

Après plusieurs années d’expérimentation, nous avons pu observer que la mise en place de ponts engendre une meilleure gestion de l’alimentation hydrique. Il limite aussi la sortie des entre-coeurs car on ne rogne plus la vigne. En cas de période humide comme cela a été le cas en ce début du mois de juin, cette technique permettrait ainsi une meilleure aération des grappes (après épamprage) favorisant le séchage des baies et plus tard, l’exposition au soleil.

Les vignes vont ainsi continuer à faire face aux agressions extérieures, à gérer le stress hydrique, à communiquer les unes avec les autres, en développant leur système racinaire et leur surface foliaire. Un mode de culture plus proche de son développement naturel. À la clef, des raisins de qualité… et des souvenirs plein l’apex.

Découvrir
07.11.2016
L’automne à Château Palmer
Alors que la fraîcheur automnale s’installe sur l’appellation de Margaux, les vendanges se sont achevées à Château Palmer...

Novembre 2016 - Alors que la fraîcheur automnale s’installe sur l’appellation de Margaux, les vendanges se sont achevées à Château Palmer mardi 18 octobre, avec la dernière parcelle de petits verdots.

Ce millésime 2016 a été caractérisé par un démarrage tardif et une période de vendanges assez longue due à la clémence de la météo du mois d’octobre. Un soleil radieux et un temps relativement doux et sec nous ont permis d’attendre le meilleur moment pour récolter les raisins. La patience a donc été le maître-mot de ces vendanges.

Le travail au cuvier est intense et les artisans du chai travaillent en cadence. Remontages et contrôle de la température pour optimiser la fermentation alcoolique, macération pour extraire les tanins les plus délicats, écoulage, décuvage, pressurage, entonnage… les opérations se suivent, au gré des décisions prises lors des dégustations quotidiennes des différents lots.

Et tandis qu’au chai, le millésime 2016 prend forme et s’annonce des plus prometteurs, à l’extérieur les vignes se parent de belles couleurs automnales et s’endorment doucement pour affronter l’hiver... avant de redonner naissance à un nouveau millésime d’ici quelques mois.

Découvrir