À la une

Palmer & vous

L'œnothèque

Château Palmer & son Alter Ego

Les vins de Château Palmer. Ses mots. À partir d’une même philosophie, autant d’expressions de son terroir. Avec le temps, ces hommages à la nature environnante de l'appellation Margaux et à l’héritage de Château Palmer résonnent. Pas avec force ; mais tout en finesse, en élégance. Avec l’âge, les grands crus, les mots de Château Palmer, prennent plus de sens.

Découvrir
palmer_600x844
Le Domaine

Héritage

L’histoire de Château Palmer. Son passé-présent continu, avec pour trait d’union la passion. Celle qui anime tour à tour le Major Général Palmer, les frères Pereire et, aujourd’hui, les familles Mähler-Besse ainsi que Sichel. Galerie de portraits…
Découvrir
heritage_chateau_palmer.jpg
Exposition
JAZZ DE J À ZZ
Château Palmer met à l’honneur les oeuvres de Guy Le Querrec au travers de son exposition Jazz de J à ZZ, du 19 janvier au 19 août 2019.
Découvrir
Château Palmer : Jazz de J à ZZ, Guy Le Querrec, exposition
À la une

Le grand jardin

Prendre le temps de voir ce qui nous entoure. Regarder, comprendre, puis contempler. Chaque être vivant...

Décembre - Prendre le temps de voir ce qui nous entoure. Regarder, comprendre, puis contempler. Chaque être vivant évolue dans un milieu qui lui correspond, l’abrite, le nourrit et le fait grandir. L’un des principes fondamentaux de la biodynamie est de considérer chaque élément du vivant comme faisant partie d’un tout ; ces éléments forment un environnement pluriel et vertueux qui devient autonome. Aussi, un pied de vigne ne se limite pas à lui seul. Il faut le penser dans un ensemble : le sol, l’eau, les végétaux, les animaux, les insectes, le cosmos…

En se promenant dans le vignoble, l’océan est certainement l’un des premiers éléments marquants. Un océan non pas d’eau salée, mais de chlorophylle. Vert de vignes, changeant de couleurs avec les saisons et dessinant une ligne d’horizon. Comme à perte de vue. Or un environnement est riche de part sa complexité. Devant cette observation, il nous a semblé important de donner du relief aux alentours de la propriété, un identité. Nous avons ainsi lancé un projet de plantations d’arbres et de haies, endémiques et d’anciennes variétés. Pour choisir ces végétaux, nous avons pris en compte l’équilibre ravageurs/prédateurs et la structure du paysage.

Avec l’aide d’un entomologue, spécialiste des insectes, nous avons étudié la vie minuscule de nos parcelles. L’harmonie du vignoble repose sur la complexité des équilibres entre espèces et notamment celle entre les ravageurs (nuisibles pour les vignes) et prédateurs (de ces derniers). L’objectif était donc de planter des arbres et arbustes favorisant l’habitat des prédateurs, leur capacité à se nourrir et se reproduire pour protéger les vignes. Nous avons également réalisé une étude avec la Ligue de Protection des Oiseaux, qui nous a apporté de précieuses informations sur ces animaux et leurs bienfaits pour le vignoble. Les chauves-souris par exemple, sont un allié idéal contre les vers de grappes qui favorisent l’apparition du botrytis. En plantant des arbres dans les parcelles, comme la plantation d’arbres fruitiers sur nos parcelles du Cassena, celles-ci trouvent des points de repères, des abris et peuvent ainsi faire du vignoble leur terrain de chasse.

Cette diversité floristique et faunistique alimente la propriété et l’enrichit. L’environnement du vignoble devient plus équilibré et  interdépendant. Résilient. Quelques 2500 arbres et haies plus tard, nous continuons cet aménagement de l’espace. Cette année, une vingtaine d’arbres seront plantés dans les parcelles. La vigne n’est plus seule, elle communique, échange et interagit avec d’autres espèces. Le vignoble est repensé. Il devient un jardin, grand, multiple.

Découvrir
Rencontres

Carole Meredith

Professeur émérite de l’Université de Californie et vigneronne
Napa Valley, Calilfornie
Elle a révélé au monde les origines des principaux cépages. Pendant près de 23 ans, à Davis, cette chercheuse américaine...
Découvrir

«Adeptes de pratiques très traditionnelles, nous ne recourons à aucune technologie. De même, nous privilégions une conduite raisonnée de nos vignes.»

Carole Meredith, Professeur de l’Université de Californie et vigneronne, Napa Valley, Californie